PAMPELONNE (81) : succès de la réunion d'information sur l'éolien industriel


 
💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡💡

http://carmaux.e-monsite.com/pages/eolien/pampelonne-succes-de-la-reunion-d-information-sur-l-eolien-industriel.html#GjDHVfBzpfRZskR6.01
par Jean-Claude Zablet
 
La salle des fêtes de Pampelonne paraissait bien grande pour recevoir les personnes souhaitant connaître où en était le projet éolien monté en catimini en mairie de Pampelonne. 30 chaises étaient installées, indiquant l’affluence espérée par VENT de REPUBLIQUE.
Il fallut en installer le triple pour que s’ouvre la réunion dans de bonnes conditions. La présidente de VENT de REPUBLIQUE, Rachel N’Doli, remerciait de leur présence Mme Arguel, élue municipale d’une commune du LEVEZOU envahie par les éoliennes, M. Marty, agriculteur, M. Forichon, médecin et M. Goyaud, ingénieur à RTE, tous aujourd’hui retraités. Elle remercia également les membres du Conseil Municipal présents, se réjouissant de la possibilité de dialogue. 

Après avoir présenté l’association et son but « veiller à ce que tout projet municipal modifiant l’économie du village fasse l’objet d’un débat public contradictoire dans un temps raisonnable nécessaire à la réflexion », la parole fut donnée à M. Marty pour présenter son film : Vent de colère sur le LEVEZOU.



A l’issue de la projection, chacun notait comment la population s’est fait voler son paysage et sa tranquillité par des promoteurs indifférents à la beauté de ce site. 
Interrogée par la salle sur le rôle des élu-e-s dans ce projet, Mme Arguel dit combien ceux-ci sont démunis face aux vendeurs qui connaissent le sujet sur le bout des doigts et savent contourner toutes les questions embarrassantes. 

Présenté comme cela lui fut présenté, elle ne pouvait pas être contre le projet. Très vite, au fur et à mesure que celui-ci prenait forme, dès le vote favorable du Conseil Municipal, dès la pose du mât de mesure, les élu-e-s comprennent que la machine s’emballe envers et contre tout et tous. Après la pose du mât vinrent les machines … Ce sont des routes saccagées par des mastodontes routiers, d’autres consolidées au frais des contribuables pour permettre leur passage. Viennent les nuisances, insignifiantes au départ, puis obsédantes au bout de quelques mois : les flashes qui donnent à penser que la région subit des orages en permanence, le bruit rythmé des pâles, leur effet stroboscopique, le bruit permanent des rotors.....

Et le chagrin de voir les paysages blessés par ces moulins à argent.

L’argent. Des miettes pour les propriétaires fonciers qui voient l’indemnité fondre dès lors que le nombre de propriétaires croit (la célèbre règle de l’offre et de la demande). Sans oublier que le démontage reviendra finalement au propriétaire ..... du terrain ... Un rapide calcul faisait apparaître que le démontage coûterait 2 fois plus que les revenus espérés !!!!

Après avoir expliqué comment fonctionne une éolienne, les surfaces qu’elles occupent, les lieux de fabrication ailleurs de France (peu ou pas de travail dans le pays) et les matériaux qui la composent, M. GOYAUD invite chaque citoyen à consulter les lignes CSPE et TURPE de leur facture d’électricité. Ces taxes financent directement l’implantation des éoliennes industrielles. L’électricité produite par les aérogénérateurs est achetée par ENEDIS ( EDF) à un prix surévalué, très loin du prix du marché, pourtant si cher aux économistes à la mode.

M. FORICHON, médecin honoraire, s'appuyant sur la définition de la santé telle qu'énoncée par l'Organisation Mondiale de la Santé, démontra comment les promoteurs de l'éolien industriel n'avait pas pour préoccupation principale la santé des populations . Son intervention est accessible en suivant ce lien : Eoliennes industrielles et santé humaine ( E. Forichon). Les infrasons, selon les promoteurs, sont comme les atomes, les microbes ou les étoiles lointaines : elles n'existent pas puisque nous ne les voyons pas (sic,). Et cependant, ils jouent un rôle sur la santé ( lire ici : Éoliennes, nuisances sonores, infrasons et santé).

Les nombreuses questions de l’assistance indiquaient combien le sujet est sensible dans la population. D’autres ne trouvèrent pas de réponse : l’absence du maire à un débat d’intérêt public alors que des membres du Conseil Municipal, honnêtes envers leur mandat et respectueux de la confiance accordée par les électeurs, étaient présents. 

Un vrai succès dont la présidente disait à minuit passé qu’il reflétait «un véritable besoin de la population de connaître et savoir comment allait évoluer le village, si le projet voyait le jour». Faute d'informations officielles, VENT de REPUBLIQUE a réalisé une vidéo montage de Pampelonne aujourd'hui et demain, si les élu-e-s laissaient passer le projet :


M. Marty comparait la philosophie politique qui avait prévalu à la construction des barrages hydrauliques, noyant des vallées, modifiant des paysages, à celle des éoliennes. Les uns se construisaient au nom de l’intérêt général (fournir de l’électricité à tous les Français), et les propriétaires avaient leur terre rachetée par les pouvoirs publics, au nom de la France ; tandis que l’éolien ne profite qu’à des promoteurs privés qui louent un espace venteux, installent leurs machines et les abandonnent, tout l'argent ponctionnable tombé dans leurs poches. Ils ne s’intéressent aux Français que via le prix d’achat de leur électricité, à un coût exorbitant pour les contribuables.
Tous convenaient que maintenant, il appartenait au Conseil Municipal d’annuler la délibération autorisant la pose d’un mât de mesure et de faire savoir au préfet que la population, avec le Conseil Municipal, refuse de voir leur paysage défiguré par le parc éolien industriel.

Lire : 
 
- PROJET EOLIEN A PAMPELONNE ATTENTION : DANGERS !!!https://tarn.demosphere.eu/files/docs/f-6a16e3b11f-empty-filename.pdf

- Vents contraires pour les éoliennes de Pampelonne -01/10/2017-
Une délibération du conseil municipal autorisant une société à effectuer des mesures d'aérologie sur la commune interpelle certains habitants. Ils voient là une «porte d'entrée» à un parc éolien. Le maire Guy Malaterre justifie la décision du conseil et rassure ses administrés.

«Quand j'ai appris ça, j'ai voulu informer. J'ai mis des affiches sur la porte de la grange du foirail où venait jadis Jean Jaurès, j'ai distribué des badges «Non aux éoliennes» à la foire de Tanus, ça met en colère». Une colère qu'exprime Josiane Malfettes, une habitante de Pampelonne au sujet d'une décision du conseil municipal qui autorise l'entreprise EDF Énergies Nouvelles à implanter un mât de mesures de vent dans le secteur du lieu-dit : «Lunaguet». «Encore une fois la population est avertie quand le projet est avancé, pour l'aménagement du local des randonneurs sur le foirail on a été concertés, mais pour les éoliennes rien», regrette Josiane Malfettes qui a décidé d'agir seule pour dénoncer le projet. «Je tiens à rester seule mais je soutiens le collectif qui est en train de se constituer, ce n'est pas pour autant que l'on veut la guerre», conclut-elle.

«Une porte d'entrée»
Un collectif, effectivement il en existe un. Cinq à six membres composent pour l'instant «Vent de république». Stanislas N'Doly est l'un d'eux, il explique : «L'avis favorable donné par les élus à la société EDF Énergies Nouvelles est pour nous une porte d'entrée vers la création d'un parc éolien, le processus est désormais lancé». Il ajoute : «Désormais il ne faut plus attendre, on va essayer de rencontrer les élus du conseil pour leur demander de revenir sur leur décision car laisser implanter un mât, même pour des mesures, à valeur de bail». Et l'opposant au projet de conclure : «La résistance est lancée» (1).

Du côté de la société EDF Énergies Nouvelles, on convient que le projet est encore «très embryonnaire». «La décision des élus est un aval sur le principe d'effectuer des mesures, ajoute le chef du projet, mais il n'y a aucune certitude que ce projet voie le jour. Il est bien trop tôt pour en parler car il faut encore de nombreuses autorisations, notamment celle des propriétaires. Quant au nombre de mâts, leur hauteur et leur position, c'est impossible de le savoir pour l'instant. Ce projet est vraiment très embryonnaire». Et ne verra peut-être jamais le jour.

Une réunion publique d'information est prévue vendredi 13 octobre, à 20 h 30, à la salle des fêtes de Pampelonne, en présence d'un médecin, d'un ingénieur RTE (Réseau de transport d'électricité) et de plusieurs associations anti-éoliennes

Entretien avec le Maire
Guy Malaterre: «Il n'y a pas plus de vent ici qu'ailleurs»

Que dit la délibération du 31 juillet quant à l'autorisation d'effectuer des mesures de vent sur la commune ?

Elle autorise la société EDF-Energies Nouvelle à effectuer des mesures dans la zone de Lunaguet, zone qui présenterait un potentiel éolien. C'est une autorisation de principe, en quoi pourrions-nous empêcher une société de voir s'il y a du vent sur la commune ?

Vous semblez sceptique sur le potentiel éolien ?


Je suis étonné d'une telle demande car à Pampelonne il n'y a pas de vent ou pas plus qu'ailleurs.

Certains habitants estiment que cette autorisation est une «porte d'entrée» à un parc éolien. Qu'en est-il ?

Entre autoriser des mesures et l'arrivée d'éoliennes il y a un abîme que le conseil n'est pas prêt à franchir, jamais il ne dira oui à l'implantation d'éoliennes sur la commune. Ne prenons pas le prétexte de cette autorisation pour porter atteinte à l'unité de la commune.

N'y a-t-il pas des retombées financières pour la collectivité ?

Pour la commune, c'est dérisoire, désormais ce sont les intercommunalités et plus faiblement le département, qui bénéficient des retombées financières, comme l'une et l'autre ont besoin d'argent…

Depuis la délibération, quel est le calendrier ?

Je n'en sais rien. Pour installer un mât de mesures il faut déjà savoir où ? Avoir l'autorisation du propriétaire de la parcelle, il n'y en a pas de publique sur la zone concernée, il faut aussi pouvoir y accéder.

Combien de propriétaires sont concernés par la zone ?

Près d'une soixantaine car il y a beaucoup de petits bouts de terre, mais deux d'entre eux couvrent près de la moitié de la zone. J'ai moi-même une petite parcelle, raison pour laquelle je me suis abstenu lors du vote du conseil.

 
- NON AUX EOLIENNES À PAMPELONNE
 
- Du vent dans les pales au Nord du Tarn -27/09/2007-